close-up-of-calendar-on-the-table
Actualités

Atelier technique Innovation & CEE dans l'industrie

20|10|2020

Vers l’émergence de nouvelles opérations standardisées pour une industrie décarbonée


Cette première journée, organisée en partenariat avec l’ATEE dans un format 100% digital, avait pour objectif de faire émerger de nouvelles idées d’opérations standardisées. Grâce à des outils d’animation à distance, pour faire face au contexte sanitaire actuel, son déroulé a été très interactif.

Après un sondage permettant aux quelques 60 participants de choisir les sujets auxquels ils souhaitaient contribuer lors des travaux en sous-groupes, parmi les 4 thèmes proposés - Froid, Réseaux d’utilités, Récupération de chaleur, Numérique -, Marc Gendron, délégué général de l’ATEE, a rappelé les principes clés du dispositif CEE. Ce décryptage de leur fonctionnement, de la décomposition de leur prix, de l’organisation du marché… a parmi aux participants de disposer ensuite d’un niveau de connaissances suffisant pour faire avancer ensemble la réflexion.

Marc Gendron a également partagé une vision plus prospective, en analysant notamment :

  • Les impacts de la crise sanitaire sur la consommation d’énergie, et donc sur le marché des CEE, avec le risque pour certains industriels de ne pas atteindre leurs objectifs, donc d’être soumis à des pénalités ;
  • Les pistes étudiées pour la 5ème période, et en particulier la volonté de renforcer le lien entre l’amélioration de l’efficacité énergétique (PPE) et la décarbonation (SNBC).
Suite à cette introduction, la 1ère phase d’ateliers, destinée à identifier des idées de fiches, a donné lieu à de nombreuses propositions, restituées en plénière par les différents groupes. Marc Gendron, a alors pu donner son éclairage, faire le lien entre les nouvelles idées partagées et les fiches existantes, identifier les enrichissements possibles et points de vigilance, partager son expérience sur la capacité des idées soulevées à aboutir… mais aussi « passer commande » selon ses propres termes et inviter les participants à approfondir plus particulièrement certaines pistes.

 Pour autant, rédiger des fiches d’opportunités est un exercice bien particulier ! C’est pourquoi en complément de ces conseils, deux retours d’expérience sur la réalisation de fiches - Récupération de chaleur sur les buées industrielles et Systèmes moto-régulés - ont été présentés par Lucille Payet d’ALLICE et Marc Berthou d’EDF, avec pour objectif de montrer comment ils sont passés de l’idée au projet. Ainsi, ils ont détaillé de manière très pragmatique la démarche mise en œuvre :

  • Pourquoi le projet a émergé
  • Comment le potentiel d’optimisation des systèmes a été identifié
  • La démarche d’analyse des besoins
  • Les compétences à intégrer dans les groupes de travail
  • La définition des gisements d’économies
  • Les méthodes déployées pour vérifier que les travaux théoriques correspondaient bien à l’observation de la réalité…
Les bonnes pratiques à retenir tout au long de ces différentes étapes ? Faire appel en amont aux avis des experts ADEME, bien positionner sa nouvelle fiche par rapport aux opérations déjà existantes, s’appuyer sur des installations et un projet concret pour disposer de chiffres précis permettant d’argumenter le dossier auprès des autorités… En effet, la définition de la situation de référence et les modalités de preuve des économies réalisées sont les points clés à traiter avec une grande attention pour que la démarche aboutisse dans de bonnes conditions.

Avec toutes ces clés en mains, les participants ont pu se lancer dans la 2ème phase d’ateliers pour commencer à établir des trames de fiches d’opportunités. Un constat partagé : dès qu’on entre dans le détail des items d’une fiche, de nombreuses questions se posent ! Il faut affiner la répartition des technologies sur le marché et cibler celles dont le ratio « taux de pénétration / potentiel d’économies réalisables » est optimum, les réglementations applicables et si elles sont différentes ou non selon les secteurs, identifier si l’action doit porter sur la technologie en elle-même ou (et ?) sur les outils de mesure permettant d’optimiser l’utilisation de cette technologie à son juste nécessaire, les liens avec les fiches existantes, …

Pour répondre à ces différentes questions, il sera nécessaire de constituer des groupes de travail avec des experts de chaque sujet : la prochaine étape qu’ALLICE va donc s’attacher à mettre en œuvre désormais !
JT_CEE_Innovationsmall